03 CHOSES A SAVOIR SUR LA FLAMBEE DU PRIX DE L’ESSENCE

Edem

Le prix des carburants routiers connait depuis le début de cette année une hausse significative. Et Cela va de record en record faisant actuellement que le prix moyen du carburant mondial, est de 1.34 (Dollar US) le litre. Et bien sûr tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne lorsqu’il s’agit de faire le plein, surtout avec HONG-KONG battant tous les records avec 2,876$. Mais pourquoi une hausse si soudaine et en ce moment précis ?  Ce sont des réponses à ces questions que nous allons de vous fournir.

I-Les raisons de la hausse du prix des carburants

1-La période après crise COVID

La première des raisons qui explique cette soudaine flambée est due à un retour à un semblant de normalité après la crise pandémique du COVID. La demande qui était autre fois bien en dessous est revenue à la normale et a même augmenté. Tout simplement parce que les cas de COVID ont largement diminué. Conséquemment les activités ont repris leur cours normal, les gens ont recommencé à remettre le nez dehors que ce soit pour partir en voyage, au travail, à l’école etc. Et aussi l’approvisionnement des biens par quelconques engins a de même repris. Voilà donc, l’augmentation de la demande d’essence est bien une raison mais secondaire qui a contribué à la hausse des prix.

2-Crise diplomatique russo-ukrainienne

La principale cause et non la moindre vient de l’invasion de l’Ukraine par la Russie  Pourquoi cela ?

En effet, la Russie étant le 2ème pays exportateur de pétrole au monde s’est vue son pétrole retiré et interdit de toute exportation sous forme de sanction dans les pays (composés des USA et ceux de l’UNION EUROPEENE) qui jugent son acte d’invasion indignant. Pays qui dépendaient grandement de cette importation russe. Et en plus de cela plusieurs sociétés énergétiques mondiales dont Shell, BP et ExxonMobil avaient volontairement accepté de suspendre leurs opérations en Russie. Ces mesures limitaient déjà l’approvisionnement en pétrole. Du coup ces sanctions n’étaient venues qu’enfoncer le clou déjà planté.

« En France, on ne produit pas assez de gasoil et trop d’essence. La conséquence, c’est qu’on doit importer du gasoil. Il vient un peu des Etats-Unis mais beaucoup de Russie. On importe environ un quart de nos besoins de gasoil de Russie » explique Jacques Percebois, directeur du Centre de recherche en économie et droit de l’énergie (CREDEN) et professeur émérite à l’Université de Montpellier.

Reuters une agence de presse londonienne, rapporte que les États-Unis ont importé plus de 20 millions de barils de pétrole brut et d’autres produits gaziers par mois en 2021, en moyenne ; c’est environ 8 % des importations totales.  Tant que cette crise perdura les prix du carburant resteront probablement élevés a déclaré Devin Gladden, porte-parole du club automobile AAA et conseiller au département de l’énergie sous l’administration Obama.

II-A quoi pouvons-nous nous attendre sur l’évolution des prix ?

Cette question est bien évidemment légitime mais « C’est une situation désastreuse et cela ne s’améliorera pas de si tôt », a déclaré Patrick De Haan, responsable de l’analyse pétrolière chez GasBuddy, dans un communiqué de presse de la société. « Les prix élevés vont probablement durer non pas des jours ou des semaines, comme ils l’ont fait en 2008, mais des mois. GasBuddy s’attend maintenant à ce que la moyenne nationale annuelle atteigne son plus haut jamais enregistré ».

 « Je parie que ce sera une période plus longue de prix plus élevés », a-t-il déclaré.

Face à cela, quelles habitudes de la part des uns et des autres peuvent ne serait-ce qu’effréné cette hausse continuelle ? Nous allons naviguer sur 2 plans tout d’abord ce que les organisations spécialistes en la matière ont prévu faire et ce que nous les consommateurs pourrions faire pour moins subir les affres de cette flambées et possiblement la faire baisser.

III-Mesures pouvant être prises pour stopper cette hausse

1-La part des organisations

Vu que « Les prix du pétrole jouent un rôle de premier plan dans la hausse des prix de l’essence », ont déclaré les représentants de l’AAA (American Automobile Association). L’Organisation des pays exportateurs de pétrole plus (OPEP+) a déclaré qu’elle augmenterait sa production de 400 000 barils chaque jour en avril. Les pays de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) veulent suivre le pas et libérer 60 millions de barils de brut de leurs réserves pour soulager les prix élevés. Cependant, cela n’arrive toujours pas à combler le trou béant qu’à causer le retrait du pétrole russe sur le marché.

2. Notre contribution à tous

De petits gestes tout à fait banales et pas du tout évident peuvent s’avérer salutaire. Comme par exemple d’optez pour le covoiturage et privilégiez les transports en commun. Cela pour objectif de limiter l’utilisation de votre auto et par conséquent réduire les dépenses liées à l’essence. Ce paramètre pas le moins facile à envisager permettrait de réduire l’énorme fossé entre l’offre et la demande, ce qui, selon De Haan, devrait faire baisser les prix.

L’objectif restant toujours le même, vous pouvez optez pour de nouveaux changements quant à votre façon de conduire comme accélérer et décélérer en douceur, conduire lentement et éteindre le moteur au lieu de tourner au ralenti peuvent également aider peuvent vous faire économiser pas mal.

Au vu des prévisions qui ont été attestés, on n’est pas vraiment sûr d’une baisse des prix au cours de cette année même si l’invasion Russe venait à être endiguer. Mais nous espérons que les organismes, les institutions et les gouvernements collaborent pour trouver une solution à cette inflation qui se répercute de biens de manières sur la vie des populations. Et vous qu’en pensez-vous ? donnez-nous votre avis en commentaire

Laisser un commentaire