Les 6 Bienfaits De La Consommation Du Riz Japonnais

David Kipre

Cultivé depuis des millénaires en Asie, le riz japonais est aujourd’hui consommé à travers le monde entier. Il constitue la base de l’alimentation pour environ la moitié de la population du globe.

On rapporte même qu’environ 23% de toutes les calories consommées dans le monde proviendraient du riz japonais. Antioxydant, bon pour le cœur, coupe-faim… Le riz japonais serait un bien meilleur compagnon pour notre santé. Dans cet article, on vous dit tout sur ce super-féculent dont on ne pourra plus se passer !

 Le riz japonais : pourquoi en manger ?

En effet, le riz japonais vous offre moult bienfaits. Ces bienfaits sont entre autres, la prévention des cancers, la correction des troubles digestifs, l’apport de phosphore, pour ne citer qu’eux.

1. Un panel d’antioxydants

Les antioxydants sont des composés qui réduisent les dommages causés par les radicaux libres dans le corps. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans l’apparition des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Le riz japonais contient une variété d’antioxydants. Dans le son de riz japonais, plus de 70% des composés appartenant à la famille de la vitamine E seraient des tocotriénols, un type d’antioxydant. Plusieurs études chez des animaux et des humains souffrant d’hypercholestérolémie ont observé que la consommation de ces tocotriénols apportait un effet hypocholestérolémiant.

Une étude  invitro réalisée par Hiroshi Kiyono, immunologiste à l’université de Tokyo, a démontré une inhibition de la croissance de cellules cancéreuses en présence des composés anthocyanines du riz japonais. Ces résultats peuvent laisser entrevoir des impacts intéressants pour la santé chez l’humain.

2. Prévention des cancers

Les lectines sont un type de protéines qu’on retrouve fréquemment dans les aliments végétaux; il en existe de nombreuses variétés. Bien qu’elles soient aussi considérées comme des facteurs antinutritionnels (qui diminuent l’assimilation de certains nutriments), de récentes études ont remarqué de nouvelles propriétés potentiellement bénéfiques.

La lectine retrouvée dans le son de riz japonais, a démontré in vitro la capacité d’inhiber la croissance de cellules cancéreuses humaines. Puisque cette lectine résiste bien à son passage dans l’estomac, on croit qu’elle pourrait demeurer active chez l’humain et ainsi conserver ses propriétés.

3. Corriger les troubles digestifs

L’eau provenant de la cuisson du riz japonais est considérée comme utile pour aider à traiter les diarrhées légères à modérées, en réduisant notamment le nombre de selles et en améliorant leur consistance. Cette solution ne serait toutefois pas suffisamment efficace pour traiter les diarrhées graves ou celles qui touchent les enfants de moins de quelques mois.

4. Une source de phosphore et de magnésium

Le riz japonais est une source de phosphore. Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Il joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. De plus, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus et aide à maintenir à la normale le pH du sang. Finalement, le phosphore est l’un des constituants des membranes cellulaires.

5. Un réservoir d’oligo-éléments

Le riz japonais est une excellente source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres. 

Le riz japonais est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

6. Source de vitamines du groupe B

Le riz japonais est une source de vitamine B1. Appelée aussi thiamine, cette vitamine fait partie d’un coenzyme nécessaire à la production d’énergie principalement à partir des glucides que nous ingérons. Elle participe aussi à la transmission de l’influx nerveux et favorise une croissance normale.

Le riz japonais est également une source de vitamine B3. Appelée aussi niacine, la vitamine B3 participe à de nombreuses réactions métaboliques et contribue particulièrement à la production d’énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines et de l’alcool que nous ingérons. Elle collabore aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un développement normaux.

Laisser un commentaire