05 Des Pires Parasites Qui Existent

Edem

L’Homme est en permanence en danger. Ces dangers pour la plupart visibles ont été domptés au cours de son évolution mais pour d’autres qui sont encore méconnues, invisibles et tapis dans l’ombre sont les plus sérieux. C’est le cas des parasites, ces petits êtres microscopiques capables d’intégrer notre corps et nous causer des dommages irréversibles, pouvant même être léthale sont les plus effrayants. Nous vous listons ici 05 des parasites les plus dangereux et terrifiants qui puissent exister.

Mais l’on vous prévient la manière de procéder de certains ces vers font froid dans le dos alors tenez-vous bien.

1. Naegleria fowleri ou amibe mangeuse de cerveau

Comme son surnom l’indique le Naegleria fowleri est un parasite et plus précisément une amibe capable de parasiter le système nerveux de l’Homme ou de tout autre animal. Elle vit et prolifère dans les eaux chaudes des rivières et lacs en été, sources chaudes, piscines mal entretenues, réseaux d’eau pollués. Et grâce au réchauffement climatique grandissant elle acquerrait l’avantage d’occuper de nouveaux espaces ce qui faciliterait son expansion.

Cette amibe est à l’origine d’une forme très grave d’encéphalite mais extrêmement rare : la méningoencéphalite amibienne primitive (MEAP). L’infection survient lorsque l’amibe s’infiltre dans la cavité nasale et migre vers le cerveau au cours d’une activité de natation lors d’un plongeon ou même en respirant des gouttelettes d’eau véhiculées par le vent. Le temps d’incubation varie de 1 à 14 jours dès lors apparaissent maux de tête, vomissements et fièvre, puis des confusions, des hallucinations et des attaques des troubles olfactifs ou gustatifs sont parfois allégués.

Ne vous affolez pas trop ce n’est pas une raison d’aller ranger vos maillots de bain bien que ce danger soit présent presqu’un peu partout La MEAP est une pathologie extrêmement rare, en 50 ans, 310 cas ont été dénombrés dans le monde. Cependant cette rareté et cette gravité ont du mal trouvé une explication et ils en découlent selon les recherches menées jusqu’alors que les rares cas graves seraient aléatoires. Et malheureusement aucun traitement n’a encore été mis au point.

Onchocerca volvulus

Ayant déjà sévit dans une trentaine de pays en Afrique, l’Onchocerca volvulus est un vers transmis par des piqûres de simulies (mouches noires) infectées, simulies qui ont pour habitat naturel les cours d’eau agités. Ce qui rend ce parasite extrêmement dangereux est qu’une fois dans le corps humain il se reproduit à vitesse V en d’autres milliers de petits vers appelés microfilaires. Ces microfilaires migrent dans tout le corps en se déplaçant sous la peau. Et s’en suivent de leur dégénérescence des dégâts irréversibles tels que des éruptions cutanées, des lésions, des démangeaisons, une dépigmentation, le dessèchement sévère suivi d’un vieillissement précoce de la peau et dans des cas extrêmes cela conduit à une cécité permanente communément appelée la « cécité des rivières » ou L’onchocercose (la maladie des yeux).

Pas d’inquiétudes, il existe un traitement qui se fait par invermictime, un médicament, si prodiguer rapidement paralyse et tue les microfilaires, soulageant les démangeaisons intenses au niveau de la peau et stoppant la progression vers la cécité.

Leishmania

Le Leishmania est un parasite qui n’affecte que les mammifères en particulier l’homme et les canidés. Ce parasite est transmis par la piqûre d’un moustique, appelé le phlébotome ou la mouche des sables qu’on retrouve généralement en zones rurales rocailleuses plutôt sèches. Ce parasite est à l’origine de la leishmaniose une maladie qui touche actuellement 12 millions de personnes dans 98 pays avec 2 millions de nouveaux cas humains par an. On en distingue deux variétés dépendant des cellules infestées : la forme cutanée, la plus répandue, entraine des lésions sur le corps qui apparaissent des semaines ou des mois après l’infestation et qui guérissent généralement après quelques mois, laissant des cicatrices particulièrement inesthétiques.  Et la forme viscérale plus fréquentes dans les pays du pourtour méditerranéen, au Brésil, au soudan et dans la péninsule indienne. C’est la forme la plus grave de la maladie caractérisée par de la fièvre, un amaigrissement, un gonflement du foie, de la rate et des ganglions lymphatiques.

Et fort heureusement elle se traite à coup d’injections de médicaments antiparasitaires sur plusieurs semaines et des médicaments par voie orale sont également prescrits sans cela elle est mortelle.

Wuchereria bancrofti

Wuchereria bancrofti ou filaire de Bancroft est un vers ayant comme agent vecteur le culex un certain type de moustique dont l’infection cause l’éléphantiasis caractérisé par un impressionnant gonflement des membres le plus souvent les jambes, et qui touche parfois aussi les parties génitales chez La victime jusqu’à les handicaper. Et non, si vous vous posez la question cela n’a aucun rapport avec la maladie d’Elephantman dans son cas ce fut une maladie génétique rare et incurable, la neurofibromatose.

Plusieurs types de traitement interviennent dans cure de l’éléphantiasis : la phytothérapie, les traitements chirurgicaux, les Traitements médicamenteux et tout récemment par les chinois le traitement thermique.

Wohlfahrtia magnifica

Il s’agit ici non pas d’un ver mais d’une mouche, une espèce de mouches de l’ordre des diptères. Ses asticots lorsqu’ils migrent dans le corps humain colonisent le tympan ensuite assaillent la paroi osseuse de l’oreille interne ce qui est à l’origine de la myiase auriculaire. Dans cas extrêmes l’encéphale, les yeux et même le nez se retrouvent touchées par ces asticots ce qui peut être léthale. Un débridement avec irrigation est suffisant pour éliminer l’asticot présent dans le corps.

Elle est aussi connue aussi sous le nom commun de « mouche carnassière » ou « mouche tueuse » car sa cible première se trouve être les ovins.

Nous en avons encore la chair de poule après avoir passé en revue tous ces vers, on se croirait à un festival des horreurs, brrrrrrrrr. Et vous, dites en commentaires ces parasites, ces vers qui vous a le plus terrifiés.

Laisser un commentaire