Education De L’enfant : 3 Secrets A Savoir Sur La Punition

David Kipre

L’éducation des enfants n’est jamais chose facile. Un enfant c’est mignon, c’est beau. Mais voilà, ça crie aussi, ça énerve. Parfois, on a envie de les punir sévèrement pour les canaliser. Malheureusement, la plupart des parents utilisent la punition sans savoir ce qu’elle implique. Une fessée, une raclée, des privations… Il y a des punitions positives, d’autres, négatives.

Punition, mais qu’est-ce que c’est ?

Avant toute chose notons que nous abordons la punition dans le contexte éducatif. Dans ce contexte, c’est une mesure corrective. Elle consiste à produire la diminution de l’apparition d’un comportement chez l’enfant.

Nous pouvons faire une distinction entre deux types de punition : la punition positive et la punition négative. Basiquement, on qualifie de positif une punition faisant usage d’un ajout (+). On qualifie de négatif une punition faisant usage d’un retrait (-).

LA PUNITION POSITIVE

Afin de donner une punition positive, l’enfant doit faire ou subir quelque chose qu’il n’aime pas. Ici, on invite des émotions comme la peur. Voici quelques exemples de punitions positives :

  • Crier, insulter, menacer.
  • Soumettre l’enfant à des châtiments corporels.
  • etc

 

LA PUNITION NEGATIVE

L’enfant se fait enlever quelque chose qu’il aime. Il s’agit donc d’enlever un stimulant positif. Les plus courantes sont les suivantes :

  • Ne pas le laisser regarder la télévision.
  • Le priver d’argent de poche
  • etc

Dans les deux cas, le résultat obtenu n’est pas optimal. La punition est donc la technique de changement de comportement la moins recommandée. Comment alors « corriger » l’enfant ? Les spécialistes distinguent la punition de la sanction. La sanction, elle, est censée être méliorative

Que faire alors, punir ou sanctionner ?

Sanction ou Punition ? Nous vous invitons à faire la distinction entre une sanction et une punition et à apprendre à élaborer des sanctions. Les repères que nous allons vous transmettre sont issus de la Méthode ESPERE de Jacques Salomé.

  • Dans le cas de la punition

Lorsque les enfants sont punis, les parents le font souvent sous le coup de la peur ou de la colère. Exemple : votre enfant en jouant au ballon dans le salon a brisé l’écran de la télé et vous êtes très en colère. C’est dans ces situations que nous imposons une punition à nos enfants en fonction de l’impact que leur comportement. Dans ces cas-là, nous sommes dans le réactionnel : nous réagissons en fonction de ce qui est touché en nous et non par rapport au comportement de l’enfant en tant que tel.

Ainsi la punition est forcément injuste, elle est fonction de nous, de nos émotions et aussi de notre humeur, de notre stress et de notre fatigue du moment, elles ne remplissent pas de rôle éducatif.

C’est pourquoi Méthode ESPERE de Jacques Salomé vous invite à proposer plutôt des sanctions.

  • Dans le cas d’une sanction

Une sanction est la conséquence de la transgression d’une règle.

L’enfant n’a pas respecté une règle qu’il connaissait, il l’a transgressée en connaissance de cause et la sanction est simplement la conséquence de ce comportement. Nous distinguons deux types de conséquences :

  • La conséquence naturelle: l’enfant apprend de lui même ses erreurs. Dans ce cas les parents n’ont pas à intervenir. On lui a toujours dit de sécuriser son vélo lorsqu’elle la gare hors de la maison. Elle apprends d’elle même l’utilité de cette consigne.
  • La conséquence provoquée : celle-ci est imposée par le parent.La consigne était de toujours enlever ses chaussures pleines de boues avant de rentrer dans le salon. A contre cœur, sur ordre de la mère il nettoie sa bêtise.

Pour qu’une sanction soit juste, il est important que non seulement la règle mais aussi la sanction soient connues d’avance par l’enfant et suffisamment claires pour lui.

Les regles de base d’une bonne sanction

Etablir un contrat que vous lirez à haute voix devant l’enfant pour lui expliquer les principales règles de la maison, à ne pas enfreindre s’il ne veut pas être puni.

Le but d’une bonne punition est d’installer une communication non violente.

NB : Une punition ne doit jamais être humiliante

LES PUNITIONS LES PLUS EDUCATIVES

Quelques punitions éducatives à infliger à son enfant :

  • L’isoler dans sa chambre
  • Priver de télé
  • Lui demander de s’excuser
  • Réparer ce qu’il a cassé
  • Avoir un contrat
  • Interdire de sortir de la maison pour une période
  • Retirer son jouet préféré
  • Priver de dessert

Tout enfant commet des faute. Il revient aux parents de savoir guider leurs enfants pour les amener à se conformer à la règle. Il faut donc punir l’enfant au besoin. Néanmoins, pas à la moindre petite erreur.

BUAME

Laisser un commentaire