PORTA POTTY : La Version Que Vous N’Entendrez Nulle Part

David Kipre

Depuis quelques semaines, voir quelques mois circulent certaines vidéos de rumeur à propos « d’influenceuses » qui se seraient mises dans des situations pas très catholiques, et dont le nom ne cessent de courir les réseaux sociaux, sous le nom de Porta Potty, soit « toilettes portables » dans le jargon anglophone.

Les rumeurs à propos de ces actes ne cessent d’éveiller la toile et font polémique, jusqu’au bout du monde. De Dubaï où la situation, dit-on est née, jusqu’à nos portes, ou l’on ne cesse de nous étonner face à la révélation de certains noms, quoique connus parmi les plus jeunes.

En effet cette vidéo à le goût de nous remettre en question sur les pratiques en vogue dans notre génération et nous poussent même à se poser la question, « mais qu’est ce qui ne va pas ? »

1-PORTA POTTY : TOILETTES PORTABLES

Le Porta Potty est d’après les sources, une agence de recrutement mondialement reconnue, qui « embauchent » des filles pour se livrer à ce genre de pratiques. La vidéo, ou plutôt les vidéos dont il est question ont fait le tour du monde pas plus tard que le mois passé, sur le réseau social Twitter, devenu en même temps la trend la plus visitée dans les 24h. L’information aurait fuité depuis les États-Unis, avec le nom de certaines célébrités à la clé.

Dans l’une des vidéos, on aperçoit une jeune femme, dans une position pas très confortable et qui s’adonne à une dégustation, si on peut le dire, de la merde humaine.

Très vite, les internautes se sont affolés. Il ne s’agit pas là d’un montage, puisque l’on voit clairement la jeune dame, en train d’avaler du caca. Très dégoûtant. Et ceci, d’après les sources qui ont propagé la vidéo, s’est déroulé aux Emirats Arabes Unis, Dubaï plus précisément. La ville a en effet connu un accroissement du nombre de ses visiteurs en particulier de la gent féminine, qui s’y était rendue pour la plupart pour des « affaires ». Cette vidéo a fait remettre en question, ce que ses femmes dites « milliardaires ou influenceuses » sur les réseaux sociaux, ont fait réellement pendant le cours laps de temps qui s’est écoulé entre leur voyage d’affaires et leur retour au pays, sans ces affaires-là.

Ce traitement quasi-inhumains, est dit-on le vécu de certaines de ces influenceuses, qui se font chier dans la bouche par des riches Emirates, en échange d’une somme avoisinant les 30.000$ pour certaines, moins, pour d’autres.

2-Le monde face à l’abomination

Choqués par des actes aussi vils et indignes, le monde entier pointe les émirats arabes comme étant racistes et vraiment infames pour pouvoir réaliser de tels actes sur des être humains, en particulier des noirs pour la plupart.

Entre-temps déjà circulaient des informations par rapport aux mauvais traitements que subissaient des jeunes filles qui y sont allées pour des travaux domestiques. Les conditions de vie étaient déplorables, et elles étaient traitées comme des animaux. S’ajoutent aussi, les actes de traite négrière qui ont été mené dans le nord de l’Afrique en direction de ces pays, ou même de choix volontaires de certaines personnes de s’y rendre pour y trouver le bonheur.

Les actes cependant ont fait l’objet de mise en garde de la part du monde entier à la jeunesse féminine.

« Tout ce qui brille n’est pas de l’or », « apprenez à travailler de vos dix doigts, plutôt que de chercher l’argent facile » « le luxe ça s’obtient par le travail, et non des voyages pour aller subir ça », sont les dictons et paraboles envoyés aux jeunes filles de par le monde, qui sont les plus vulnérables face à cette situation.

La leçon que l’on se doit de tirer de cette affaire, est qu’effectivement, tout ce qui brille n’est pas de l’or, et que la vie de luxe offerte aux jeunes internautes par des dits influenceuses qui ne montrent pas l’envers du décor, n’est finalement pas si attrayante, vu que ce qui se passe se rapproche de sacrifices humains ; chose très différente de ce que les réseaux sociaux affichent.

Enfin il faut comprendre aussi, que bien que les réseaux sociaux soient des outils de divertissement, il faudrait aussi prendre garde à ce qu’ils ne deviennent pas des idoles pour les jeunes qui s’adonnent de plus en plus à des actes odieux en vue d’une vie de rêve en apparence mais au fond remplie d’actes immoraux.

Laisser un commentaire