3 Conséquences A l’Etude De Nuit

Essais

De plus en plus nombreux, les apprenants étudient jusqu’à des heures tardives, les exposant à de nombreux risques sanitaires : du déficit de sommeil au risque accru de diabète, et même de cancer… Dans cet article, nous allons aborder les risques liés au fait d’étudier la nuit. Après avoir effectué des études épidémiologiques en 2007, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que l’étude de nuit peut contribuer au développement de cancers.

Parallèlement, le Centre international de Recherche sur le Cancer de l’OMS a inclus le travail de nuit dans la liste des agents cancérogènes potentiels. L’augmentation du risque de développer un cancer serait possiblement liée à la  perturbation de l’horloge biologique qui entraîne une diminution de la production de mélatonines, véritable hormone du sommeil.

Or, cette hormone a une fonction de protection contre le cancer et ceux qui étudient la nuit, en produisent moins. D’autres études pratiquées sur des animaux ont démontré qu’une exposition constante à la lumière durant la nuit ainsi que les décalages horaires favorisent l’apparition de tumeurs.

1. Troubles gastro-intestinaux

Les organes du corps fonctionnent de façon différente le jour et la nuit. Ils sont programmés pour être en pleine action le jour et en repos la nuit. C’est le cas notamment du système digestif. Dans une situation d’activité nocturne, le processus normal de digestion sera perturbé, car il ne sera pas aligné avec l’horloge biologique. On remarque d’ailleurs que ceux qui étudient la nuit souffrent souvent de problèmes gastro-intestinaux et de troubles digestifs, car ils s’alimentent à des heures où les organes sont programmés pour se mettre au repos.

 

stomach problem
Troubles gastro-intestinaux

Selon l’OMS, la qualité de la nourriture des personnes qui étudient la nuit n’est pas excellente : ils priorisent souvent une nourriture rapide au détriment de repas sains qui demandent du temps de préparation. Ce sont de grands consommateurs des collations sucrées ou de boissons avec caféine étant donné qu’ils favorisent l’éveil pendant l’étude.

Résultat : le risque de « faire du cholestérol » (hypercholestérolémie), de développer un ulcère d’estomac ou de souffrir de reflux gastro-intestinaux augmente considérablement. De plus, ceux qui étudient la nuit font face à une fatigue constante (ils doivent lutter pour ne pas s’endormir.), ce qui les pousse à consommer des boissons caféinées et aggrave les problèmes gastro-intestinaux.

2. Vie familiale et sociale

Ceux qui étudient la nuit confient que leur étude est souvent en conflit avec leur vie familiale et sociale parce qu’ils ne passent pas assez temps avec leur conjoint ou conjointe, leurs enfants et leurs amis. Cet aspect est très important pour l’équilibre mental puisqu’en  tant qu’êtres humains, nous avons besoin de créer des liens affectifs avec les autres. La quantité et la qualité du temps passé avec nos proches sont déterminantes pour notre santé mentale, émotionnelle et physique.

Le manque de relations sociales régulières peut provoquer un sentiment de solitude et d’isolement. De plus, le manque de sommeil chez les travailleurs entraîne des troubles de l’humeur, les rendant plus irritables et perturbant de ce fait leurs relations sociales.

3. Le stress

Le rythme circadien contrôle beaucoup d’hormones différentes dans notre corps, y compris le cortisol, qui est lié au niveau de stress. Plus une personne est stressée, plus elle sécrète de cortisol.

I STRESSED
Le stress

Naturellement, le niveau de cortisol est plus élevé pendant la journée et il diminue pendant la nuit. Mais il a été démontré que chez les personnes qui étudient la nuit, le niveau de cortisol durant la journée est plus élevé. Cette situation génère des troubles du sommeil chez ces dernières puisque le stress entraîne un état d’hyper-vigilance et, par conséquent, des difficultés à s’endormir.

Laisser un commentaire