Actualités : Coupe du monde Qatar 2022

Dellaress

Une enveloppe ouverte dans la soirée du 02 Décembre 2010 change les habitudes du grand trophée d’or massif. Le Qatar est donc désigné comme prochaine hôte de la 22ème édition de la coupe du monde de football. Eh Oui, vous avez bien lu, nous poserons maintenant les bonnes marques de cuire dans le désert ou plutôt dans le nouveau paradis du lux. Depuis cette attribution, les polémiques sont incessantes autour de cette édition de la coupe du monde confiée au QATAR. Soupçon de corruption, chaleur extrêmes, droits de l’homme bafoués…

Alors que l’ouverture du Mondial de football aura lieu dans un an pile, retour sur les interrogations et les scandales qui entourent encore la compétition.

Pourquoi le QATAR ?

Football local inexistent, culture de supporters assez éloignée de l’habitude des vrais amoureux du ballon rond et surtout une chaleur extrême, le QATAR fut de loin le pays idéal pour accueillir la coupe du monde.

 L’ex-président de la Fédération internationale de football (FIFA), Sepp Blatter, 85 ans, assurait dans un entretien accordé au journal le Monde que, « sans l’intervention au dernier moment de [Nicolas] Sarkozy sur [Michel] Platini, le Qatar n’aurait jamais eu la Coupe du monde ». Selon les propos de l’ex président de la grande fédération du football mondiale, sur les cinq (05) candidats potentiels pour la coupe du monde de 2022, les chances du Qatar était presque nulles. « Je suis déçu que ce soit le Qatar qui sorte. Mais je m’y attendais, au vu des derniers développements, notamment le fait d’avoir été averti par Michel Platini [alors président de l’UEFA] que je ne pourrais plus compter sur lui et trois de ses compagnons concernant le gentlemen’s agreement [« accord informel »] que nous avions eu et en vertu duquel le Mondial 2018 irait à la Russie et l’édition 2022 aux Etats-Unis » avait souligné l’ex président de la FIFA.

Selon le journal Anglais « The Sunday times », le choix du Qatar est purement le fruit d’une corruption au sein même de la confédération internationale de football. La revue souligne que des pots-de-vin ont été versés par l’hôte de la coupe du monde de 2022 à plusieurs dirigeants de fédérations de football, surtout en Afrique et en Asie, pour influencer leurs choix. Ces révélations viennent ainsi confirmer le mail interne du Secrétaire Général de la FIFA, Jérôme Valcke. Dans ce mail, révélé par l’agence REUTERS, l’ancien bras droit du président de la FIFA soutient que les Qatariens « ont acheté la coupe du monde ».

La FIFA, pour réclamer son innocence, rappelle son « statut de victime » dans le cadre des procédures initiées par la justice américaine tout en indiquant que son comité d’éthique « a déjà imposé des sanctions, incluant des suspensions à vie, aux responsables mentionnés » dans l’acte d’accusation.

En novembre 2014, l’Allemand Hans-Joachim Eckert, coprésident du comité d’éthique de la FIFA, avait estimé que des comportements « douteux » ne pouvaient pas être qualifiés de faits de corruption.

Le juriste se fondait sur le volumineux rapport d’enquête (400 pages) réalisé par l’ex-procureur américain Michael Garcia, longtemps gardé secret, puis publié par la FIFA en 2017. En décembre 2014, M. Garcia avait démissionné, estimant que M. Eckert avait fait « une présentation incomplète et erronée des faits et conclusions détaillés dans le rapport. »

En marge des question liées à la clarté du scrutin de la FIFA, diverses polémiques se sont levées sur les conditions humaines et climatiques qui prévalent au Qatar.

Doit-on célébrer les buts sur des tombes humaines ?

Pour mettre sur pied toutes ses infrastructures, le Qatar s’est appuyé sur les travailleurs immigrés qui représentent plus de 90% de sa population. La température dépassant plus de 45 degrés et dans des conditions qualifiées par beaucoup d’ONG d’esclavagisme moderne, des ouvriers étrangers travaillent au risque de perdre leur vie. Difficile de chiffrer précisément le nombre de travailleurs immigrés décédés. Selon Amnesty International, les autorités qataries sont opaques et refusent toutes enquêtes objectives sur le sujet.

D’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), au moins 50 d’entre eux auraient perdu la vie sur les chantiers de la coupe du monde pour la seule année 2020 et plus de 37 000 auraient été blessés. Dans une enquête publiée en février, le Guardian allait même beaucoup plus loin en affirmant que plus de 6 500 travailleurs étrangers seraient morts lors de la décennie écoulée pour permettre à la compétition d’avoir lieu.

Ces derniers mois, plusieurs pays ont mis la pression sur le Qatar. Avant leur premier match des éliminatoires pour la Coupe du monde 2022, les joueurs allemands et norvégiens s’étaient affichés avec des maillots siglés « droits de l’homme », en référence aux accusations planant sur les chantiers des stades de la compétition.

La première Coupe du Monde en hivers

En marge de son pouvoir de transférer la prestigieuse compétition dans le désert, le Qatar a réussi à convaincre la FIFA d’organiser les matchs de la coupe du monde en hivers. Lors d’une conférence de presse à Moscou, Gianni Infantino, l’actuel président de la FIFA, a confirmé que la Coupe du monde 2022 se jouerait bien en hivers, soit du lundi 21 Novembre au 18 décembre 2022.

Ce nouveau calendrier vient donc changer le programme de nombreux championnats européens et surtout celui de la prestigieuse ligue des champions. Même si la confédération européenne de football, l’UEFA, a exigé de nouveau calendrier des championnats, la FIFA risque de payer de lourds tributs en cas de décision de congé pendant la période de la coupe du monde pour compenser les pertes d’audience et de frais de couverture publicitaire.

Malgré les différentes accusations dont fait objet l’organisation de la prochaine coupe du Monde, le Qatar est bien parti pour relever le défi d’une coupe du monde assez originale et audacieuse.

En attendant les prochains qualifiés issus des matchs de barrage, tous les regards sont tournés vers le nouveau paradis immobilier de l’orient.

 

Laisser un commentaire