Allemagne: Les fautes commise par l’institut Robert Koch

David Kipre

« 95,58 % des cas d’omicron en Allemagne concernent des vaccinés », est l’information qui a été le plus partagée sur les réseaux sociaux en début de semaine. En effet, selon les sources concordantes, ce résultat émane d’une étude réalisée par l’institut Robert Koch. Etude jugée abusive par l’observatoire et l’opinion publique.

Récemment, ledit institut a confirmé qu’un des chiffres présents dans son rapport, et qui sert de base au calcul de ce chiffre abondamment relayé sur les réseaux sociaux, n’est pas juste.

Dans son dernier rapport, l’Institut affirmait que 95,58 % des cas d’Omicron en Allemagne concernent des vaccinés. Or selon les statistiques, les vaccinés représentent moins de 75% de la population. Ce qui prête à confusion.

« Le chiffre qui figure dans le rapport du 30 décembre est faux »

Le document de l’Institut Robert Koch énonçait que sur «10 443 cas d’omicron» rapportés au 28 décembre, on connaissait le statut vaccinal d’une partie d’entre eux : «186 patients n’étaient pas vaccinés, et 4 020 étaient complètement vaccinés. »

Des chiffres qui seront considérés plus tard comme erronés. En effet, entre les rapports hebdomadaires du 23 décembre et du 30 décembre, si le nombre des vaccinés touchés par omicron avait fortement augmenté, celui des non-vaccinés était resté identique (186 patients).

L’Institut Robert Koch a, de fait, reconnu une erreur lors de la mise à jour du document. 

«Le chiffre qui figure dans le rapport du 30 décembre est faux. La vraie valeur est de 1 097 cas, et non pas 186. Nous en sommes tout à fait désolés, et le rapport va être corrigé rapidement », a notifié l’institut.

Qu’en est-il réellement ?

Selon « Check News », sur 10 443 cas d’omicron, le statut vaccinal était en fait disponible pour 5 117 personnes (et non 4 206 comme l’indiquait l’Institut dans son rapport). L’information qui peut désormais être déduite de ces chiffres est que 78,56 % (et non 98,58%) des cas d’infection par omicron pour lequel le statut vaccinal était connu concernaient des vaccinés, et un peu moins de 22 % des non-vaccinés.

«Il n’est pas légitime d’extrapoler [une telle] valeur à la population générale. Les cas d’omicron […] ne sont pas répartis uniformément dans toute l’Allemagne. Leur distribution est, jusqu’à présent, plus forte dans et autour des zones urbaines. Par ailleurs, la distribution d’omicron diffère aussi largement entre les Etats fédéraux, avec 65 % à Brême et 1 % en Saxe.

Cette variabilité s’explique par différentes raisons, comme un faible nombre de cas d’omicron, un nombre différent de tests effectués et une transmission plus lente des résultats des tests en raison des vacances », a déclaré l’institut Robert Koch qui soutient par ailleurs, que le taux de vaccination n’est pas uniforme sur le territoire.

Tout savoir sur l’Omicron

Déclaré « préoccupant »  par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le variant Omicron du coronavirus est désormais présent dans 128 pays.

Alors qu’Omicron continue de se propager dans le monde, l’agence des Nations Unies pour la santé a déclaré qu’il était crucial de faire davantage pour aider tous les pays à recevoir des vaccins contre le coronavirus aussi rapidement que possible.

Comment se manifeste-t-il ?

Selon une étude menée par la santé publique française, les symptômes les plus fréquents sont la fatigue, la toux et la fièvre. Certaines personnes également ont ressenti une perte de goût ou d’odorat, des symptômes semblables à ceux du variant Delta. La même source indique que ces symptômes étaient généralement bénins.

Eu égards de tout ceci, l’OMS recommande aux pays d’adopter une approche scientifique s’appuyant sur l’évaluation des risques, d’opter pour la transparence par un partage des données, ainsi que d’intensifier la surveillance et le séquençage des cas afin d’avoir une meilleure connaissance des variants en circulation.

Les États doivent continuer à appliquer les mesures de santé publique afin de réduire globalement la circulation de la COVID-19. C’est-à-dire la distanciation physique, le port du masque, la ventilation des espaces intérieurs, le lavage des mains, tousser ou éternuer dans son coude, ou encore éviter les lieux clos et bondés.

Laisser un commentaire