3 Informations Importantes A Savoir Sur La Crise Rwandaise Et RD-Congo

David Kipre

Le Rwanda et la République Démocratique du Congo sont dans un conflit lié aux rebelles du M23. La communauté internationale devant ce fait se mure dans un silence de mort. L’instabilité permet le trafic illicite de minerais vers le Rwanda. La résolution de ce conflit pourrait venir de l’intervention de la communauté internationale, et d’une prise de conscience des autorités congolaises pour remettre de l’ordre dans le nord du pays.

1-Le M23, source de tensions entre la RDC et le Rwanda

A la fin du premier semestre 2022, l’armée congolaise et les rebelles du M23 se sont encore affrontés. Les attaques se sont déroulées notamment dans les régions du Nord-Kivu. Ces attaques génèrent des déplacements importants de population. Selon le média francophone TV5 Monde, il y a eu 75 000 déplacés internes, et 11 000 personnes réfugiées en Ouganda à cause de ces attaques du mouvement M23 depuis novembre 2021. Le mouvement du 23 mars (M23) est actif depuis 2012. Depuis peu néanmoins, on allie les actions du groupe aux autorités rwandaises.

Dans un communiqué, les autorités congolaises accusent. Selon eux,  « les terroristes du M23 soutenus par l’artillerie et les militaires de l’armée rwandaise » attaquent leurs positions. Kigali, de son côté, dément tout soutien au mouvement rebelle. Les Rwandais affirment qu’il s’agit-là d’un « conflit intra-congolais ». Le M23 est à l’origine de grandes tensions entre les deux pays.

Ces tensions risquent de s’intensifier. Les armées congolaises et rebelles s’affrontent sur fond de tensions renouvelées entre le Rwanda et la République démocratique du Congo. Denis Mukwege, célèbre docteur congolais tweete ce 16 juin : «  Le déploiement dans l’Est/RDC d’1 force régionale composée par des pays à la base de la déstabilisation, d’atrocités et du pillage de nos ressources n’apportera ni la stabilité ni la paix et risque d aggraver la situation ! La réforme des #FARDC #PNC #ANR s’impose ! »

Selon le spécialiste de la région Pierre Boisselet repris par TV5 Monde, le Rwanda aurait soutenu plusieurs autres rébellions, et pas seulement le M23. Des rebellions comme le RCD-Goma (le Rassemblement Congolais pour la Démocratie) et le CNDP (le Congrès national pour la défense du peuple).

2-L’instabilité permet le trafic illicite de minerais

« Le vrai enjeu pour Kigali, selon Thierry Vircoulon, c’est de garder la main mise sur le Nord Kivu, un grand territoire voisin que les Rwandais exploitent depuis des années. Ils profitent de la contre-bande minière et de celle du bois. »

Le Rwanda profite de l’insécurité pour mettre la main sur les ressources minières du Congo selon plusieurs analystes.

Le journaliste Alain Foka, qui est récemment allé dans les régions concernées affirme, « Les grandes capitales détournent depuis toujours le regard devant les agressions de Kigali, pas question de se lancer dans la condamnation de la victime du génocide de 1994 dont le traumatisme est encore vivace. »

La guerre civile rwandaise (ou le génocide rwandais) est une période de violence ethnique qui a eu lieu au Rwanda du 7 avril au 4 juillet 1994. La guerre a débuté à la suite de la mort du président rwandais Juvénal Habyarimana et de Cyprien Ntaryamira, le président du Burundi. L’occident se sentirait-t-il endetté moralement face au peuple rwandais ?

3-Pour s’en sortir…

Si cette crise perdure, l’important risque humanitaire, risque d’évoluer en risque humanitaire et économique.  Ceci pour le Rwanda et le Congo. Il est important, pour s’en sortir, que les autorités congolaises réparent les divergences dont profitent les adversaires étrangers. Il faut également que se réveille la communauté internationale sur le drame humanitaire en cours.

Laisser un commentaire